22 juin 2024

Sortie à la montagne

Après être montés dans les « œufs » (télécabines) pour monter à la station de GOURETTE, nous voilà arrivés. Martin, notre guide montagne pour la journée, nous explique son métier de guide puis nous demande de toujours rester derrière lui pour notre sécurité. Maîtresse nous explique que la règle d’or « je ne fais pas mal aux autres, à moi même et à la nature » est aussi valable en montagne.

Nous découvrons qu’il y a très peu de neige… Malheureusement, nous ne pourrons pas utiliser les raquettes. Mais nous allons quand même en profiter pour découvrir la montagne en hiver !

Nous regardons la station, découvrons les télésièges (où on s’assoit) et les téléskis (où on pose les fesses sur une petite rondelle qui nous tire grâce à la barre dans laquelle elle est glissée, barre qu’il faut mettre entre ses jambes; ils sont aussi appelés tire-fesses). En marchant, il faut faire attention aux skieurs, il ne faut pas les gêner.

Martin nous explique que pour monter plus facilement une grande pente, il ne faut pas monter tout droit mais faire un chemin comme un serpent, en allant à droite puis à gauche.

Nous faisons un premier arrêt près d’un buisson. Martin nous explique que les vaches aiment bien le manger. En coupant une baie, qu’il nous fait sentir, il nous explique que c’est un genévrier, les baies servent à cuisiner (baies de genièvre).

Nous continuons à marcher et découvrons près du chemin une drôle de grosse bosse. En s’approchant, nous découvrons qu’elle est remplie de fourmis qui bougent dans tous les sens.

Martin nous apprend que c’est la maison des fourmis, que l’on appelle une fourmilière.

Il nous explique que les fourmis se défendent en se mettant sur leurs pattes arrière et en crachant une sorte d’acide qui ne sent pas bon, ce qui fait fuir les autres animaux. Nous avons vu les fourmis faire quand il a approché sa main de la fourmilière.

Nouvelle montée, nouvel arrêt pour découvrir un nouveau jeu. Il faut fermer bien nos bouches et surtout, ouvrir grand nos oreilles et rester comme ça sans trop bouger. Il faut écouter les bruits. Nous entendons un monsieur crier, des oiseaux chanter, un ruisseau couler, le bruit des télécabines qui ne s’arrête que la nuit, etc. Ce jeu nous a bien plu, il faudra qu’on essaie de le faire à la chênaie pour voir si nous entendons les mêmes bruits !

Nous reparlons aussi des deux familles des arbres : les feuillus (ceux qui ont des feuilles) et les conifères (ceux qui ont des épines et des fruits en forme de cône).

Nous arrivons maintenant près des pistes. Il nous faut rester bien l’un derrière l’autre, comme des petits indiens, et marcher bien sur le côté pour ne pas déranger les skieurs. Pour l’instant, il n’y en a pas… C’est l’heure de manger ! Nous allons retrouver les grands pour nous installer et partager ce moment de repas tous ensemble !

Nous empruntons maintenant un sentier de VTT. On peut le reconnaître grâce aux panneaux.

Pour se repérer, il faut nous aider des bandes jaunes et rouges. Nous les cherchons tout le long du chemin.

Nous découvrons aussi un bébé arbre. Martin nous explique que c’est un conifère, le même que nous mettons peut-être dans notre maison pour Noël. Il s’appelle le « sapin blanc » car, quand on les retourne, les feuilles semblent blanches. Il faut y faire attention et ne pas l’abîmer.

Maintenant, Martin nous fait découvrir des trous sur les vieux troncs d’arbres. Ce sont des trous fait par des pics, des pics verts ou des pics noirs.

Martin nous montre aussi le hêtre. C’est un arbre très fréquent sur cette montagne.
Les hêtres sont des arbres qui ne poussent pas seuls. Ils sont souvent en amoureux et finissent par se faire un bisou pour ne former qu’un seul et gros arbre.

Sous un arbre, nous découvrons un gros trou. C’est une cachette pour les animaux, pour se cacher et/ou se protéger du froid. Vu la taille, celui-ci semble être celui d’un blaireau.

Tout en nous promenant, nous ne nous sommes pas rendus compte que nous sommes arrivés tout en haut de la montagne ! Nous sommes fiers de nous ! Et tout là haut, nous regardons des photos des animaux vivant près d’ici pour essayer de trouver leur nom : le renard, la marmotte, l’isard, etc.

Après avoir regardé une des premières fleurs du printemps, nous descendons tout en faisant le serpent.

Nous jouons ensuite un long moment dans le peu de neige qui reste sur la piste de luge (merci à Martin d’avoir sorti un bout de tapis de son sac, nous avons beaucoup rigolé à glisser dessus !).

Il est temps de redescendre au bus maintenant, toujours dans les télécabines. Nous suivons le même chemin que l’eau de la cascade en dessous de nous…

Bien que nous n’avons pas pu faire de raquettes, cette journée très ensoleillée à la montagne a beaucoup plu,
aux petits comme aux grands ! Nous avons découvert et appris beaucoup de choses !

Merci à Martin pour ses explications.

Merci à tous les parents accompagnateurs et l’APE
sans qui cette journée n’aurait pas pu être organisée !

Et pour ceux qui s’inquiètent : Poulette n’est pas perdue ! Elle est restée en classe car nous n’avions pas de tenue de neige adaptée pour elle… et surtout, elle était bien occupée à surveiller nos œufs… Nos œufs ? Quoi, vous n’êtes pas au courant ?! Un peu de patience, d’autres articles arrivent pour vous en parler !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *